Browsing Tag

Lecture

Quand je vais à un Salon du Livre #Cosnesurloire

Bonjour-bonjour 🙂

Vous me connaissez un peu à force, je ne suis pas loin d’être une acheteuse compulsive. Quand je vais quelque part où je sais que je vais trouver des trucs, le plus simple, c’est que je ne prenne pas mon porte-monnaie. Bon je sais aussi me dire, pas de sous, pas d’achat.

Là pour le coup, j’avais de la chance, comme c’était mon anniversaire la semaine dernière, j’ai pu me permettre quelques folies. Je vous ai déjà parlé de mon amour pour les livres. Quand je vais à un Salon du livre, je suis à la fois au paradis et dans l’île de la tentation. Déjà dans une librairie, j’ai envie de tout acheter, mais là en plus tu vois tout les auteurs, tous gentils, hyper communicatifs, bref, je ne sais pas vous mais moi j’ai encore plus envie de tout acheter !

Je me suis un peu retenue et voici ma moisson :

salon du livre de Cosne sur Loire

Annick CojeanLes proies, dans le harem de Khadafi d’Annick Cojean. J’ai d’abord eu la chance d’interviewer cette journaliste pour mon travail puisqu’elle a reçu un prix de la part de mon journal à l’occasion du Salon du livre. Ca vous donne le niveau de ce livre. Annick Cojean est journaliste grand reporter au Monde. Elle s’est rendue en Libye pour enquêter sur la place des femmes dans la Révolution qui a permis de destituer le Colonel Khadafi. Cela lui a permis de prendre en compte les nombreuses violences que subissent les femmes puisque le viol est une arme de guerre. Mais surtout, elle a rencontré une jeune femme, qui lui a confié comment elle avait été repérée dans son école par le colonel Khadafi. Repérée pour faire partie de son harem et de ses Amazones, ces femmes magnifiques que l’on voyait toujours derrière lui. Dès lors, le viol, les coups, la drogue. A partir de ce témoignage, Annick Cojean enquête et remonte la piste pour découvrir tout ce système tabou, bien caché par l’intelligentsia libyenne. Je n’ai donc pas pu encore lire ce livre depuis que je l’ai acheté, toujours est-il que, pour moi, en plus de m’instruire sur un sujet en malconnu, cela va aussi être une source d’inspiration et un modèle pour la technique de l’enquête qui n’est pas forcément la chose  que l’on apprend le mieux en école. D’autre part, Annick Cojean est éminemment sympathique (ça se voit rien qu’à la photo, non?). Très douce et prête à échanger sur son livre et son enquête.

J’ai bien connu mon frère de François Cérésa. François Cérésa était le président du Salon de Cosne. C’est un journaliste et écrivain très prolixe et très varié. Il dirige aujourd’hui une revue « faite par des écrivains pour les écrivains » : Service Littéraire. Il est notamment connu pour avoir écrit la suite des Misérables de Victor Hugo. J’ai bien connu mon frère est un roman qui se passe vers la fin de la deuxième guerre mondiale. Une sombre histoire de famille d’après le résumé. J’aime bien ce genre d’histoire et d’autant plus dans un contexte historique.

Les grandes figures de l’Islam de Malek Chebel. Vous connaissez surement Malek Chebel pour son Dictionnaire amoureux de l’Islam. Il était, à Cosne, l’invité d’honneur. C’est pourquoi j’ai décidé de lui acheter un livre parce qu’avec une telle érudition, on ne peut qu’apprendre plein de choses. J’ai pu lui parler, il m’a guidé vers mon choix. C’est un homme extrêmement chaleureux et débordant d’humanité. J’ai donc choisi Les grandes figures de l’Islam car je n’ai finalement que très peu de culture sur cette religion. Je compte donc effacer en partie ces lacunes avec ce livre.

La mort du divin Socrate de Jean-Paul Mongin, illustré par Yann Le Bras. C’est un livre pour enfants des éditions les Petits Platons. C’est Jean-Paul Mongin lui-même qui a créé cette maison d’édition. Ce philosophe a décidé de communiquer et d’expliquer les principaux axes philosophiques de grands philosophes aux enfants. En tant qu’amoureuse de la philosophie, je trouve cette initiative vraiment fantastique et je lui aurais bien pris toute sa collection (mais bon, à 14€ le joli livre,… Ouch quoi). J’ai choisi le divin Socrate car Platon est l’un de mes philosophes préférés. Les dessins illustrent vraiment parfaitement l’écrit, ilssont très jolis et les textes sont accessibles à tous. C’est une super manière d’aborder la philosophie, y compris pour ceux qui n’aiment pas ça 🙂

Jésus, la biographie non autorisée de Patrick Banon. Derrière ce titre un peu tape à l’oeil, c’est tout un pan de la religion catholique qui se dessine. Personnellement, je n’ai aucune éducation religieuse, je ne suis pas baptisée. J’ai donc aussi des lacunes en religion catholique. Bon, je vis globalement bien avec même si ça a pu me manquer en prépa lettres et que ça me manque parfois quand je dois parler de fêtes catholiques (dans quel ordre et qu’est-ce que ça fête ?). Je trouve l’histoire du Christ fascinante, je pense que c’est bien arrivé. En revanche, même si je ne les ai pas lu, je ne suis pas persuadée que les évangiles retenus par l’Eglise nous disent tout ce qui s’est vraiment passé. Il existe des évangiles apocryphes, qui ont été rejetés lors de l’édification de LA vérité. C’est ces évangiles que Patrick Banon, historien, nous développe, nous révélant une autre histoire du Christ. Depuis le temps que j’ai entendu parler de ces évangiles apocryphes, c’est la première fois que je vois un livre qui peut m’en dire plus. J’ai hâte de le lire.

Voilà pour ma récolte. Désolée, ça en fait un sacré article.

Un programme de lecture de votre côté ? Qu’avez-vous acheté comme livre dernièrement ?

Sioux mes choux <3

Rendez-vous sur Hellocoton !

La vie sans Harry, c'est tout de même la vie

Bonjour-bonjour,

Aujourd’hui j’avais envie de partager quelque chose de très important pour moi avec vous. Ma vie d’Harry Pottrice, de Pottermaniac, de Pottergeek, bref ma passion pour Harry Potter. Passion dévorante même.

Quand le dernier film est sorti, en 2011, j’ai publié ce texte sur Facebook, je pense qu’il me correspond toujours autant :

« Ce matin, je ne peux contenir mon émotion. Harry Potter sort en avant-première, c’est le dernier. Il y a eu les livres. C’est fini. Il y a eu les films, demain, ça sera fini. J’ai l’impression de perdre quelqu’un, une importante part de moi-même.

Ce n’était pas gagné pourtant. Mon premier contact avec Harry s’est fait quand le 3e tome était déjà sorti en poche. C’est celui-là que mes parents m’ont acheté en premier. Je le vois, la couverture ne me plaît pas, je le range.

Bouclé en une semaine

A cet époque, avec G., fils d’une collègue de mon père, on s’échange des livres. Parce que nous adorons lire. Un soir mon père revient et me tend le 1er tome. « G. veut absolument que tu lise ça, il te passera la suite si tu aimes. » Harry Potter à l’école des sorciers. Je me rappelle de mon tome à moi. Bon pourquoi pas. Il fallait bien quelque chose pour assouvir mon insatiabilité de lecture. Dieu ce que j’ai détesté le premier chapitre. J’ai dû me forcer pour continuer. C’était long et pas intéressant. Deuxième chapitre, c’est le coup de foudre.

En moins d’une semaine c’est bouclé. Et il faut que j’attende un peu pour avoir le 2. Non ce n’est pas possible. « – Ils l’ont à la bibliothèque ! – Juliet, Geoffrey va te le prêter alors patiente un peu. – Mouais… » Et bien non. Je ne l’ai jamais dit à personne mais je n’ai pas voulu attendre une journée, je l’ai emprunté et j’ai commencé le 2e, toujours avec autant d’entrain. Puis le lendemain, papa est revenu avec le livre de Geoffrey alors j’ai repris là où j’avais laissé le livre de la bibliothèque.

Ma vie d’Harry Pottrice

Je ne lisais pas, je dévorais. C’était merveilleux. De purs moment de magies. Le 3e tome, faire connaissance avec Sirius Black. Le détester au début puis l’adorer ensuite. Et une fin déchirante. J’initie ma meilleure amie, Marlène, qui devient fan aussi. Les « Harry Pottrices » qu’on nous appelle au collège. Quand je finis le 3, le quatre va sortir et c’est Marlène qui l’a en premier. Je ne suis pas sûre mais je crois qu’elle me le passe avant même de le lire. A moins que la bibliothèque ne me le prête en priorité. L’un des deux.

Fabuleux quatrième tome. Parfait. Mais Voldemort est de retour et je me demande comment je vais tenir jusqu’à ce que le 5e tome paraisse. L’attente est longue. Trop longue. Alors en attendant, je relis, re-relis, re-re-relis. Une dizaine de fois chaque à peu près.

« Mais comment peuvent-ils couper et enlever ce moment là ! C’est hyper important enfin ! »

Viennent les films. Je suis vite déçue. Premièrement par le casting. Il n’y a que les Weasley qui me plaisent. Et Dumbledore. Deuxièmement, l’adaptation, trop lisse, trop peu respectueuse des livres. Je me souviens pour le 2e film, j’étais malade à en crever, comme je sais si bien le faire. Incapable de me lever le matin. Toussante, fièvreuse. Je fonds en larmes. Je veux y aller quand même. Parce que même si les films n’égaleront jamais le livre, ça reste Harry Potter. Finalement j’y vais. Avec 5 couches de vêtements sur moi. Je n’ai que les yeux de dégagés pour voir le film. C’est comique.

Le cinquième livre sort. Je suis déçue. Est-ce par la tournure que prend l’histoire ou seulement parce que Sirius meurt ? Aucune idée. Ça passera à la relecture. Harry grandit, moi aussi. C’est normal qu’il prenne conscience de certaines choses. Les adaptations à partir du troisième film sont plus stylées mais il manque toujours beaucoup de détails. Tant pis. Ça reste toujours Harry.

Ma vie d’Harry Pottrice le retour

Comme j’ai grandi, l’attente entre les livres semblent passer plus vite. Pendant ce temps, j’écris de Potter-fictions notamment sur les maraudeurs. Elles sont bien rangées quelque part chez moi. Et je joue des jeux de rôles, sur des forums internet, sur Harry Potter. C’est ma meilleure amie du lycée, Leslie, qui m’a fait découvrir ce monde. Jouer un personnage d’Harry Potter, ou un qui s’intègre dans ce monde, comment vous dire… C’est comme si finalement j’intégrais complètement cette fabuleuse histoire. Harry fait partie de moi. Et quand le 6e tome sort, le plaisir est toujours là. Trop sombre. Trop hormonal à mon goût. Mais le style de JK Rowling m’emballe toujours autant. Je le dévore.

Pour le 7e livre. Je partais en Angleterre le jour de sa sortie. Dans le bateau, avec ma meilleure amie, Leslie, on a dû se retenir de ne pas se précipiter dessus. Trop cher. Nous l’achetons quelques jours plus tard. Et la lecture en anglais, bien que plus difficile, est aussi plaisante. Je pleure beaucoup durant ce tome. Un mélange entre l’histoire et me dire que c’est le dernier. Enfin ce n’est pas exactement le dernier pour moi, puisqu’il reste la version française. Quand je l’ai entre les mains, 5 mois plus tard, j’ai l’impression de tenir un trésor. J’avais pleine conscience que c’était la dernière fois de ma vie que je découvrais un Harry Potter. J’ai savouré et béni chaque page. Craignant d’arriver à la fin comme jamais. La fin, parlons-en. Bizarre. Bien sûr qu’il allait survivre le Survivant. Bien sûr que rien d’autre n’aurait été acceptable. Le méchant ne peut pas gagner à la fin. Mais quand même…

Quand j’ai été voir l’avant-première de la première partie du 7e film, à Tours, c’était indescriptible. Bien sûr les films ne m’ont jamais vraiment convaincu, bien sûr les livres sont mille fois mieux mais j’étais dedans, encore. J’ai vu les acteurs. Je n’ai jamais, pour aucune autre saga, été autant dans un univers. Je m’y sens bien. Harry Potter c’est MON histoire. J’ai grandis avec. Je ne peux m’en séparer.

Clap de fin

Alors je suis curieuse, de voir ce que cette dernière partie va donner. Comment ils ont adapté la fin justement. La fin. Quel détestable mot. Plus jamais d’Harry Potter. Quelle détestable idée. J’espère vraiment qu’un jour, de mon vivant, même quand j’aurais 92 ans (ça laisse 70 ans de battement, c’est raisonnable ^^), quelqu’un aura le courage de réadapter cette fabuleuse aventure au cinéma. Je l’espère. J’espère qu’il le fera avec ses propres yeux. Une adaptation de vrai fan.

En attendant, bon dernier Harry Potter à tous. Et pour moi, bonne Xème relecture. Toujours un bonheur à chaque fois. Un bien-être même. La même délectation qu’à la première lecture. »

Revoir le film dimanche a fait re-surgir tout cela et puis il faut que je relise le livre. Encore. C’est plus fort que moi, je pourrais le relire 150 fois. Harry Potter c’est ma came. A fond ! Faudrait que je me remette à Pottermore d’ailleurs, je crains mais je zappe complètement ce fabuleux site où l’on apprend pourtant beaucoup de choses. Si vous voulez tout savoir, je suis Serdaigle, et vous ?

J’espère que je ne vous aurais pas trop ennuyée avec ce billet, j’avais vraiment envie de le partager avec vous 🙂

C’est quoi Harry Potter pour vous ?

Sioux mes choutes <3

Rendez-vous sur Hellocoton !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Tell me more !

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OKAY !" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer