Browsing Category

C’est mon opinion et je la partage

Parce qu’un blog c’est aussi un moyen de faire partager son opinion. Je vais essayer de vous exposer mes points de vue, avec autant de retenue que possible.

Je m’en foutais d’être grosse, avant de reprendre du poids (Humeur + Blog roll)

Bonjour-bonjour !

Je n’avais pas envie d’écrire cet article parce que j’ai pas envie de me faire plaindre. Donc je vais essayer vraiment que vous ressortiez de votre lecture avec un message positif. Un message d’esprit combatif, qui corresponde aux deux blogs que j’ai envie de partager avec vous depuis un moment parce que je me sens en phase avec leur philosophie et que je m’y retrouve. Parce qu’être grosse ça se vit, et que des fois, faut remettre les points sur les « i ».

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ce qu’ils ne veulent pas entendre

Bonjour-bonjour,

Je n’ai pas envie d’écrire cet article et, en même temps, j’en ai marre de me taire à chaque fois. Encore un article sur ça. Et j’aime le côté minimisateur du « ça ». Du harcèlement de rue, puisqu’il est important de dire les mots. Quand je dis qu’ils ne veulent pas entendre, j’aurais pu dire « on » parce que moi non plus je ne veux pas entendre. Je ne veux plus, j’ai tellement les larmes aux yeux quand je lis les expériences toutes diverses et horribles que vivent les femmes dans la vie de tous les jours. Comme celle de Diglee, par exemple. Je ne veux pas entendre ça, j’aimerais tellement vivre dans un monde normal. Bref, ça me saoule, alors je vais ajouter ma pierre à l’édifice, parce que les derniers articles que j’ai lu sur le harcèlement de rue m’ont convaincu que c’était important que chacune apporte son témoignage. Je vais donc parler de mes quelques mésaventures. Mésaventures parce que ça pourrait être tellement pire mais que ça ne va pas. Ca ne va pas du tout que 100% des femmes subissent ce genre de choses ou pire.

1506703_257647547773876_5785809569924741965_n
Source : Colère : Nom féminin, cliquez sur l’image 🙂

J’étais à un arrêt de bus au centre-ville de Tours, près de la gare. J’étais fatiguée, je m’étais promenée toute la journée donc j’étais assise sur le banc. Un mec s’assoit à côté de moi. Super. Pas super. Il est plus vieux que moi, 35-40 ans. Il me parle, me raconte sa life. Je ne lui réponds pas, j’attends mon bus. Un bus s’arrête, ce n’est pas le mien par contre, le mec regarde le bus. Je le vois bien du coin de l’oeil. Il regarde le bus, me regarde et continue de raconter sa vie. Il me pose des questions, je ne réponds pas ou à demi-mots parce que j’ai envie qu’il me foute la paix. Son bus repart. Il se fait insistant « allez sois sympa, j’ai raté mon bus pour toi ». Je panique intérieurement « fous-moi la paix, je t’ai rien demandé ». Mais ma bouche n’articule pas c’est bizarre. Mon bus arrive, ça va mieux. Je monte dedans, il ne me suit pas, ça va mieux.

Je suis à Saint-Pierre-des-Corps, je fais mes courses à l’hypermarché, normal. Comme chaque fois que je fais mes courses, je parcours les rayons dans l’ordre. Je repère un mec. Puis je me rends que j’ai oublié des trucs donc je repars dans l’autre sens. Et ce mec je le recroise. Mais bon, je reste concentrée, en plus j’ai ma liste et je veux tout trouver. Mais il est là souvent ce mec. J’ai l’impression qu’il me suit. Mais c’est ridicule, je dois me faire des idées. Puis je ne trouve pas ce foutu bicarbonate de soude. Et il est encore là ce mec. Cette fois il vient me voir « je viens d’arriver dans le coin tatati tatata, je cherche à me faire des amis gna gna GNA, tu veux pas me filer ton numéro ? ». Je l’écoute en réfléchissant au bicarbonate de soude et lui réponds non pour le numéro. « Ouais mais s’il te plaît j’ai pas d’amis ici et je t’ai suivi dans le magasin ». Je pense dans ma tête « C’est très flippant ». Ma bouche dit « Non non je veux pas donner mon numéro » et je m’en vais pour trouver le bicarbonate de soude (on se rassure avec ce qu’on peut, si je trouve le bicarbonate je suis sauvée). Et le mec me suit encore, mais vraiment dans mon dos cette fois-ci. Un peu flippée mais toujours focalisée sur mon histoire, je me dirige vers un membre du personnel de l’hypermarché. Il le voit, il file. Et la dame de Carrefour me trouve le bicarbonate de soude. Les courses sont finies, je repars chez moi.

En repassant cette scène dans ma tête, j’essaie de me rappeler si je portais une de mes jolies robes que j’adore ou un vieux fut’ fluide avec un vieux débardeur dont j’ai le secret en été. MAIS QU’EST-CE QU’ON S’EN FICHE ? Putain de vieux préjugés qui restent.

J’ai l’impression d’être hors-sujet avec mes deux histoires. Je ne me fais pas insulter ni tripoter au quotidien, donc je m’estime limite chanceuse. Mais c’est à cause de ces pauvres mecs que je suis constamment sur la défensive quand je sors seule et que je m’imagine un cercle de sécurité. Ca m’écoeure ces mecs à qui l’on devrait quelque choses. Dans leur tête. Vous êtes des malades. Dans aucune vie ça se fait de suivre quelqu’un, de le coller. CA NE PLAIT PAS.

Je ne me rappelle pas vraiment avoir déjà été insultée. Moi souvent, ce qui me donne la gerbe, c’est les regards insistants, les mecs qui bloquent, qui se retournent. J’ai des gros seins et je vous emmerde. J’aime les décolletés et je vous emmerde. Vos regards qui déshabillent, je leur vomis dessus. Y’a pas de pulsions qui soit. Ce n’est pas ça être un homme.

Je me demandais si mes histoires valaient la peine d’être racontées, ça fait trois semaines qu’il est écrit cet article. Puis j’ai lu cet article des Inrocks qui met un peu les choses au point, donc voilà. Faut se battre pour être une femme aujourd’hui. C’est pour cela que j’ai écrit ces mots. Parce que ça va mieux en le disant. Parce que ça nous arrive à toutes et qu’il faut qu’ils l’entendent. Et parce que ça ira mieux tout court un jour, hein ? Bien sûr. J’espère que vous allez bien tous <3

Sioux <3

sign

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les blogueuses, ces exemples à ne surtout pas suivre !

Bonjour-bonjour,

On se retrouve pour un petit billet d’humeur. J’ai plein d’autres choses à raconter mais bon, je ne peux plus me retenir. Parce qu’à force de lever les yeux au ciel, faut bien que je me lâche un coup, pour dédramatiser un peu en même temps.

Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pourquoi mon blog restera un blog amateur

Bonjour-bonjour,

Aujourd’hui j’avais envie de revenir sur un sujet un peu particulier et très personnel : la façon dont j’envisage mon blog et la façon dont je blogue. C’est quelque chose qui me travaille un peu depuis quelques semaines notamment depuis que j’ai été interviewée avec Les Blogueuses de Tours dans le cadre du vide-dressing par la Nouvelle République. J’avais déjà un peu compris que nous n’envisagions pas toutes nos blogs de la même manière et pas que entre nous les Tourangelles, aussi quand je vois la façon de faire de mes autres blopines.

clicheMignon-carnet-goals
Photo parfaite donc pas de moi mais de Cliché Mignon

Dans l’idéal, certaines blogueuses, je ne sais pas si c’est la majorité ou non et j’espère que des commentaires pourront m’aider à y voir plus clair, voudraient vivre de leur blog.

Bah moi pas du tout.

Mais alors vraiment pas.

Cela tient en une chose : mon blog, c’est mon petit plaisir. Quand j’ai envie d’écrire, j’écris. Quand je n’ai pas envie, je n’ai pas envie.

Vous aurez peut-être remarqué que je me justifie peu. Genre quand je n’écris pas pendant deux, trois semaines, quand je ne réussis pas à me tenir à mon sacro-saint idéal de deux billets par semaine, je laisse rarement un mot sur les réseaux sociaux pour m’excuser. C’est parce que je tiens mon blog comme je veux et que je ne ressens pas la contrainte de devoir m’excuser et de m’expliquer quand j’ai la flemme ou que j’ai un pet de travers.

Photo parfaite donc pas de moi non plus mais de Cliché Mignon

Pourquoi je blogue alors ? Parce que, mon but dans la vie c’est d’apprendre plein de choses et surtout de pouvoir les partager ensuite. C’est cela, mon plaisir. J’écris aussi pour être lue. Et rien ne me fait plus rosir de plaisir qu’un nouveau commentaire, un nouvel abonné, un nouveau gentil message. Parce que ça me touche droit au coeur que mes modestes articles puisse intéresser qui que ce soit. Un bon blog, pour moi, est un blog intéressant et fait avec plaisir.

Comme je le dis souvent, je suis quelqu’un d’assez dilettante. Je n’aime pas me prendre la tête. Et je trouve cela important que cela se retrouve aussi sur mon blog. Je pense que n’importe qui qui lit mon blog et qui me rencontre ensuite en vrai me reconnait aussitôt. C’est ce qui me plaît le plus.

Faire des photos ou vidéos parfaites avec une lumière parfaite, ce n’est pas moi. Ne parler que des derniers trucs à la mode, ce n’est pas moi. Poster à jour et à heures fixes, ce n’est pas moi (et c’est encore plus flagrant sur ma chaîne Youtube ^^). Dépenser des mille et des cent pour acheter tout ce qui buzze, ce n’est pas moi. Faire des trucs tellement formatés qu’on dirait que toutes les blogueuses se sont passés le mot… Si un jour je fais ça, achevez-moi.

Je ne croule pas sous les offres de partenariats et je ne démarche quasiment jamais. Mon blog m’offre tout de même de belles opportunités. L’Agence de blogueuses et Co-créatrices me font confiance et j’en suis très fière. Dernièrement, deux sites m’ont proposé de parler mon Tours à moi, de mes bonnes adresses et tout et tout, je vous laisse découvrir :

lessorties.fr

BritHotel.fr

Est-ce que j’accepte parfois d’écrire des articles contre des contreparties financières ou des produits ? Oui, tout à fait, je ne vous le cache d’ailleurs jamais. Si vous me suivez depuis un peu, vous savez que je suis plus du genre fins de mois difficiles que dépenses en folies donc une lichette de beurre dans les épinards, honnêtement ça fait toujours du bien. Bien évidemment, la condition pour que je parle d’une chose contre des sous ou des produits c’est que je puisse en parler naturellement et avec facilité sur mon blog. J’espère que j’y arrive, n’hésitez pas à me le redire 🙂

LINEcamera_share_2015-07-07-19-47-03
Teint zéro défaut obtenu grâce à l’application Beauty Plus (l’appli grâce qui tu pourras plus te voir normalement en photo xD)

Mon blog, à l’heure actuelle, satisfait à peu près mes exigences mais je ne suis pas sûre qu’il satisferait complètement les exigences de professionnels avec qui je devrais collaborer si je devais en vivre. Cela ne veut pas dire que je n’essaierais pas de faire mieux parce que je veux continuer à être lue et que cette lecture soit agréable. Néanmoins je ne suis pas prête d’investir dans un super appareil photo qui pourrait aussi bien faire de super photos que de super vidéos. Mon super Samsung galaxy S5 fait des photos de haute qualité lui aussi… Hein ? Hein ? HEIN ? (En même temps vous avez pas pu en voir grand chose parce que je ne l’ai que depuis fin mai ^^).

Je veux surtout continuer à prendre du plaisir à tenir ce petit chose qui a certes pris une grande place dans ma vie, mais reste un refuge et un instant de détente. C’est comme cela que je vois mon blog et que je pense continuer à le tenir.

Bien sûr, ce billet n’est pas une critique de celles qui veulent faire de leur blog un métier, il s’agit uniquement de mon ressenti 🙂 J’espère que je n’ai pas été trop embrouillée dans ce que j’ai dit, ce genre de billet n’est pas ma spécialité ^^ Et vous, vous le concevez comment le blogging ? N’hésitez pas à me poser vos questions aussi en commentaire.

Sioux <3

sign[AJOUT 08/07/2015 à 20h13 de la petite partie sur les articles rémunérés (je n’avais pas réussi à trouver comment aborder le sujet avant)]

Rendez-vous sur Hellocoton !

Difficile de parler de quelque chose d'inconcevable

Pas en mon nom.

J’ai l’impression que je ne pourrais pas recommencer à écrire sur ce blog sans parler de ce qu’il vient de se passer. Mais je n’arrive pas à trouver les mots. J’ai ce sentiment qu’il y a des personnes bien plus douées que moi pour ça.

En tant que journaliste, l’article de Titiou Lecoq sur slate.fr résume le choc que l’attaque contre Charlie Hebdo a été pour moi. Et l’intervention de Plantu dans le 20h de France 2 a été mon exutoire.
plantu(Cliquez sur la photo pour avoir accès à la vidéo !)

En tant qu’humaine, je ne puis comprendre tout le reste. Par tout le reste, j’entends bien sûr les attaques. Quel est le sens d’attaquer d’ailleurs Charlie Hebdo, symbole de la liberté de la presse en France d’une part, et un supermarché cachère de l’autre ? Quel est le sens d’aller abattre un policier déjà à terre ? Je ne puis comprendre non plus, toutes les attaques qui s’en sont suivies envers les lieux de cultes de l’Islam. Je ne puis comprendre que la réponse à des actes haineux, a priori ciblés malgré tout, soit des actes encore plus haineux. Je ne puis comprendre que l’on relance le débat sur la peine de mort. Je ne puis comprendre qu’on donne la parole aux terroristes. QU’ON DONNE LA PAROLE AUX TERRORISTES MERDE. Que ça soit utile pour l’enquête je veux bien, mais que l’on les diffuse… Ca sert à quoi à part donner des billes à ceux qui ne comprennent pas que le temps n’est pas à la vengeance mais à l’union et à l’amour ?

En tant que personne, je me sens coupable. J’ai été de ceux qui n’étaient pas convaincu que les caricatures de Mahomet n’avait pas leurs places dans un journal parce que j’avais l’impression que cela allait stigmatiser l’Islam. D’ailleurs, je ne suis pas très en phase avec la presse satirique. Pauvre petite chose sensible que je suis, j’ai du mal avec la grossièreté. Cabu, Honoré, Charb, Wolinski et Tignous étaient de toutes façons des noms de dessinateurs de presse que je connaissais et que j’estimais. Ils sont inégalables et ils vont manquer. Et que dire de Bernard Maris, l’économiste qu’on aurait pu écouter des heures durant. Que j’écoutais avec déférence dans ses débats avec Dominique Seux sur France Inter. Celui qui a inventé L’Anti-manuel d’économie quoi. Et je pense de tout coeur à toutes les autres victimes, celles qui se trouvaient là par malheur, celles qui étaient là pour nous protéger.

Désormais, je reconnais mon erreur. Il n’y a rien à voir entre l’incitation à la haine et ce que faisait Charlie Hebdo. Comme le dit François Hollande : « Ces hommes, cette femme, sont morts pour l’idée qu’ils se faisaient de la France, c’est-à-dire la liberté. Ce sont aujourd’hui nos héros. » J’espère de tout coeur que ce journal continuera à vivre et j’espère que je pourrais apporter un petit soutien de loin un achetant le journal mercredi prochain. Je ne vais pas faire mon hypocrite, je ne l’achèterai probablement pas plus après. Mais je suis sûre que les choses vont bouger autour de nous. La BBC a commencé. Charlie va continuer a être bête et méchant mais plus personne ne considérera ça comme du « ils cherchent la merde ».

Et maintenant, il faut que la vie continue.

Ce que j’ai envie, moi, c’est de me retrouver demain, avec tous les Tourangeaux, place de la Liberté à 15h. J’ai envie d’être avec tout le monde. Que l’on aie tous une pensée pour Charlie, pour tous ceux qui ont été assassinés lâchement au nom de la haine, de l’ignorance et de l’étroitesse d’esprit, pour tous ceux qui nous ont protégé en risquant leur vie. Et que l’on aie une pensée pour l’avenir, pour le vivre ensemble, pour la liberté, pour la culture. Parce qu’on est si bien tous ensemble.

EDIT du dimanche soir : merci pour ce moment, merci pour cette marche pacifique, ce moment de communion que nous avons vécu hier. Jamais je ne me suis sentie aussi bien au milieu de tout ce monde. Appartenir à un tout, il n’y a rien de plus enrichissant. Quand je pense que 5 millions de personnes ont participé à cette marche républicaine sur deux jours, sans qu’un seul incident aie été déploré, cela me met du baume au coeur. Restons ensemble <3 Voici quelques photos de Tours et une photo de Paris 🙂

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Prenez soin de vous et vive l’amour <3

sign

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Tell me more !

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OKAY !" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer