De la timidité, un combat de tous les instants

Bonjour-bonjour,

Je l’avais sans doute évoqué, en passant, mais je suis une ancienne grande timide. Et encore, quand je dis grande, je devrais dire maladive. Je ne voulais pas en parler en détail parce que je pensais que c’était passé et que ce problème ne m’embêterait plus à l’avenir. Sauf que finalement, je retombe dedans, régulièrement. Je ne m’en rends même pas compte mais je me bloque, je me ferme et je m’empêche de faire des choses. Donc je prends les choses en main et je vous en parle. A toutes les timides : c’est possible de s’en sortir.

2012248691.01.LZ

Je ne sais pas comment ça a commencé. Aussi loin que je m’en souvienne, je ne participais jamais en cours. J’ai toujours beaucoup rougi en prenant la parole en public. Mais en primaire, je n’avais pas pour autant de mal à aller vers les autres. J’ai commencé le théâtre à l’âge de 5 ans, parce que ça me faisait rêver.

C’est au collège, moment du jugement des autres, où le moindre faux pas est fatal, que j’ai commencé à me renfermer. A ne plus être sûre de moi sur rien. A partir de là, mes relations amicales allant d’échec en échec, mon refuge c’était le théâtre, des relations virtuelles (spécial dédi au chat Caramail), Harry Potter et des tonnes de livres. Plus question d’aller vers les autres, je n’en avais plus besoin.

J’ai toujours fait le distinguo entre le théâtre et la réalité. Monter sur scène me stressait mais je n’en ai jamais eu peur. Pas de problème pour m’adresser aux autres. Finalement, le théâtre ne m’a jamais permis de dépasser ma timidité.

Au lycée, j’ai laissé les autres venir vers moi. J’ai eu des relations amicales vraiment fabuleuses, qui durent encore. Mais en dehors de cela, toujours pas la possibilité d’aller vers des gens dans un autre environnement.

thérapieRien n’a vraiment évolué, jusqu’en 2009 où j’ai vraiment été confronté au gros du problème lors de ma formation en école de journalisme. Toujours incapable de parler en public sans rougir, bafouiller, me planter dans ce que je veux dire et d’aller vers des gens. (Je ne sais même pas comment j’ai réussi à passer l’entretien d’admission d’ailleurs). Ne pas aller vers les gens quand on est journaliste, c’est un vrai problème.

Là, j’ai pu me voir telle que j’étais. Repoussant un coup de téléphone jusqu’à ce que ce soit la limite de la nécessité (je regarde le téléphone, il me regarde, je le regarde, il me regarde, je détourne les yeux, écœurée par ma lâcheté). N’allant parler qu’à une seule personne dans tout un reportage (mode journaliste pot-de-colle) (une c’est déjà bien après tout). Oubliant la moitié des informations, les noms de famille par exemple (oubliant parfois volontairement pour ne pas faire « indiscrète »).

Ca a été un vrai handicap lors de mon premier stage. D’ailleurs, l’année suivante, la confiance de l’entreprise n’était pas là. Pourtant, le stage m’avait déjà changée et ma deuxième année de journalisme m’a fait aussi progresser. Et c’est là que j’ai eu mon deuxième stage qui pour moi a été le déclic et la chance de ma vie. Dans le stage précédent, j’étais en équipe, le journal ne dépendait pas de moi. Dans celui-là, j’étais seule, si je ne bougeais pas, j’avais une page blanche dans le journal. Y’avait plus de combat de téléphone qui soit, j’ai dompté ce problème. J’ai appris à aller vers les gens, les emmerder jusqu’à ce qu’ils me répondent. J’ai interrogé des personnes connues, dont quelques unes en ANGLAIS. Mon corps était terriblement stressé mais moi et mon état d’esprit sommes devenus extrêmement conquérant. Plus rien ne peut me résister.

Donc j’ai changé, je vais vers les autres, je n’hésite même plus à demander un renseignement à quelqu’un dans la rue, quand j’ai un appel à passer je le passe. Je me demandais si ça se voyait ce changement. Et un de mes profs de journalisme m’a dit que j’étais très différente par rapport à mon arrivée à l’école. Parfait ! (En même temps rien que le fait que j’en parle avec un prof était déjà une preuve). Et là, je me dis que tout va bien, que je n’ai plus à m’inquiéter.

Et au début de l’année, à l’occasion d’un casting pour un jeu télévisé (j’adore faire ça, je suis jamais prise mais c’est toujours un bon moment), je me suis rendue compte que je n’en étais pas sortie. Il a fallu prendre la parole devant une cinquantaine de personnes. C’est là que j’ai parlé trop, trop vite, trop rougissante. C’est d’un frustrant ! Je me suis dit « 11 ans de théâtre, trois ans de journalisme et je suis toujours infoutue de parler en public, c’est nul, nul, nul ». C’est mon prochain défi d’ailleurs, car je n’ai plus peur de parler en public. Enfin certainement que si vu que j’en suis incapable. Mais en tous les cas, j’ai ENVIE de pouvoir parler en public. Donc faut que je travaille.

Je pourrais arrêter mon article sur cet élan. Mais, je me suis rendue compte dernièrement que j’avais reproduit ma timidité maladive sur la blogosphère. Comment c’est possible bon dieu ? Comment on peut être timide sur internet alors qu’on est tranquille derrière son écran ? Mystère. Le fait est, toutefois, que je me suis bloquée. Je ne pouvais pas laisser de commentaires à sur mes blogs préférés, ceux que j’adore. Juste impossible, cette idée me bloquait vraiment. Par peur de ne pas être à la hauteur de l’admiration que je leur porte sans doute. Maintenant ça va, je les commente, je les interpelle même parfois, je me suis décomplexée à ce sujet. Mais j’ai vraiment été choquée de me rendre compte que j’avais pu reproduire ce schéma de timidité sur internet. Donc je me dis que c’est vraiment un combat à mener tout le temps pour mettre à bas ma timidité.

Si je devais donner quelques conseils à celles qui n’arrivent pas à s’en sortir :

– Lancez-vous des défis quand vous le sentez (aller demander l’heure, une indication).

– Préférez les appels aux sms (commencez avec des personnes que vous connaissez).

– Focalisez-vous sur ce que vous avez à dire, oubliez le reste.

– Vous avez réussi à aborder une personne ? Ne la lâchez pas tout de suite, posez lui des questions.

– Vous rougissez ? Ce n’est pas grave.

– Il n’y a pas de petites victoires sur votre timidité.

Ce n’est pas grand chose mais c’est comme ça, je pense, que j’ai réussi à dépasser ma timidité au fur et à mesure. N’hésitez pas à m’en demander plus, je ne sais pas si j’ai réussi à être suffisamment claire. C’est un sujet qui me tient à coeur car je sais très bien que c’est dur à vivre, je suis de tout coeur avec tous les timides du monde <3

(Et merci à ma blopine d’amour Bull’Elodie de m’avoir convaincue de publier cet article <3)

Sioux <3

sign

Rendez-vous sur Hellocoton !
Article précédent
Article suivant

42 Comments

  • Touchant ton article 🙂 Je suis un peu dans le même cas que toi 🙂 Je ne dirais pas que je suis d’une timidité maladive mais j’ai franchement une peur bleue du téléphone et je n’aime pas me retrouver dans la foule d’un évènement alors que je ne connais personne. Ce sont toujours les mêmes questions qui reviennent dans ma tête : « Qui sont ces gens/ces personnes qui m’appellent? – Et si je dis des bêtises? Et si je ne peux pas répondre aux attentes, que vais-je leur raconter ? »
    Sauf que comme toi j’exerce un métiers qui contient le mot « communication » dans son intitulé. Je suis donc obligée, par ma profession de communiquer, d’appeler les gens, de les interviewer, d’organiser des évènements et d’y assister… Bref d’avoir un contact social.
    Comme toi, encore une fois, ce sont mes différents apprentissages, saisons, et mon job actuel qui m’ont permis d’ouvrir un peu mes yeux et de me dire que personne n’allait me manger. Si les gens discutent entre eux, pourquoi moi je ne pourrais pas faire pareil ?
    Alors oui on peut s’en sortir 🙂 Il suffit d’arriver à voir le monde différemment je pense 🙂

    • Merci et merci pour ton partage d’expérience, on a vraiment une expérience semblable. Je pense que tu as bien résumé, il suffit de voir le monde différemment, de se rendre compte que le monde n’est pas forcément hostile. Et au fur et à mesure la confiance en soi revient quoi.

  • Tout pareil, je suis vraiment extrêmement timide. Par contre, sur internet, je ne le suis pas du tout. J’ai la chance (ou la malchance selon le point de vue) d’exercer un métier qui ne nécessite pas vraiment d’aller vers les autres (enfin si quand même mais pas plus qu’un autre métier), du coup, ça me pousse à encore plus rester dans ma petite bulle. Je suis incapable de faire la moindre démarche administrative seule, je ne décroche jamais le téléphone, même quand ce sont des amis qui m’appellent…j’hésite entre être timide et être asociale…pourtant ce n’est pas l’envie d’avoir des amis qui me manquent mais je suis incapable de m’ouvrir aux autres dans la vraie vie contrairement à ma capacité à parler de tout sur mon blog.

    • Je comprends tellement le stress du téléphone, pour ma part le déclic ça a vraiment été d’être obligée de le prendre, d’appeler des inconnus. Ca ne me fait quasiment plus peur maintenant. Après j’ai aussi un côté casanier, la plupart du temps ça ne me fait pas du tout envie de sortir de chez moi et de socialiser. Je n’ai pas ce besoin. C’est plus simple d’avoir des gens qui viennent vers toi.

  • Je suis contente que tu l’aies publié cet article finalement ! ^^ Je suis exactement pareil … et pourtant moi aussi (référence à un commentaire plus haut) j’ai été en « information COMMUNICATION » pendant mes études x) Idem sur internet, je me disais la même chose que toi justement après avoir lu des blogs pendant des années sans jamais avoir commenté. D’ailleurs je trouve ça dingue d’avoir « peur » d’aller commenter un blog d’une personne qu’on admire o_O Aujourd’hui en me retrouvant derrière les commandes d’un blog, la timidité me rattrape aussi. J’pense que derrière la timidité se cache autre chose personnellement, j’ai peur d’être déçue (entre autres).

    • Mais ça m’étonne vraiment la capacité des timides à vouloir faire des métiers de communication. C’est fou, c’est comme si on se poussait à se faire mal (je me rappelle vraiment pendant ma formation de m’être demandé pourquoi je voulais faire ça parce que ça me faisait vraiment vraiment souffrir, j’étais pas bien. Et pourtant à chaque fois que j’écrivais un article j’étais dans mon élément).
      C’est bête à dire mais ça me soulage de lire que je ne suis pas la seule à bêtement bloquer au moment de poster un commentaire sur le blog d’une personne que j’admire. Je me trouvais tellement bizarre. Mais je ne pense pas être timide sur mon blog (je me suis quand même déjà affichée avec des masques quoi). Enfin je dis ça mais si j’ai eu du mal à publier cet article c’est aussi par timidité et peur de ne pas être à ma place dans ce style d’articles.
      Il y a tellement de raisons d’être timide, je vois ce que tu veux dire quand tu dis qu’il se cache autre chose derrière la timidité.

  • Bravo ma belle !
    Tu vois cet article, c’est une victoire en + =D
    C’est un combat de tous les jours et tu as réussi à surmonter tes peurs, ton stress, …
    Il y a toujours des « petits » obstacles, car la vie est faite d’épreuves, mais tu es une battante tu arriveras à toutes les surmonter 😉
    J’admire ton courage <
    Des bisous !!

  • Je suis admirative de tes progrès dans le cadre du journalisme ! C’est vrai que c’est très handicapant d’être très très timide. Pour moi ça s’est amélioré par rapport à l’adolescence, mais quand même…. j’ai encore bien du mal, et je suis une phobique du téléphone !

  • C’est très vrai tout ça. Quand j’ai commencé ma thèse je me demandais bien comment j’arriverai à m’en sortir pour la soutenance. Mais on avance petit à petit. Et maintenant j’arrive à parler devant un public de 150 personnes en ayant l’air calme… Mais le téléphone ou les discussions en tête à tête c’est toujours compliqué. Bravo pour tes progrès qui ne s’ arreteront sûrement pas là!
    Le plus bizarre pour moi, c’est qu’à l’écrit sur mon blog je dis toutes ces choses que je n’oserais pas dire à l’oral…
    Émilie

    • Quelle chance de savoir parler en public, c’est vraiment un talent que j’envie. Je vais vraiment m’entraîner pour y arriver parce que ça manque quand même. Du coup on a le problème inverse l’une de l’autre, j’arrive à être en tête à tête. Mais du coup moi sur mon blog, j’ai du mal à vraiment me lâcher sur ce qui me concerne de près, à part la beauté. En tous les cas c’est vraiment fascinant de voir les différentes formes de timidité qui existent. <3

  • c’est marrant… je ne t’imaginais pas du tout timide, mais alors pas du tout ! c’est une des surprises du net : s’imaginer les autres et découvrir, au détour d’un billet, qu’en fait non… C’est un joli témoignage en tout cas… qui tord le cou aux idées reçues (pour le théâtre par exemple) Gros bisous ma belle

    • Merci Fédo <3 J'ai conscience que je n'ai pas l'air timide notamment parce que je ne me considère plus vraiment comme telle. Même si ça me poursuit un peu au final (grrrrrr). Bises 😀

  • Je suis moi-même une grande timide, et professionnellement c’est parfois vraiment compliqué (surtout lors des visioconférences, j’ai horreur de ça). J’ai des périodes « conquérantes » ou ça va mieux, mais parfois, la timidité revient (surtout quand je suis fatiguée).

    Ton parcours me fait me sentir moins seul, et ça me booste pour aller de l’avant. Merci de l’avoir partagé.

    • J’ai jamais testé les visioconférences mais j’imagine assez facilement à quel point cela peut être intimidant. J’ai déjà un sursaut de timidité quand je reçois un appel sur skype xD Et je vois exactement ce que tu entends par « période ». Merci à toi aussi, tu me fais aussi me sentir moins seule <3

  • Oh, ça fait plaisir de lire cet article ! Je ne suis pas timide mais j’ai la phobie sociale (ça m’a même amenée à la phobie scolaire) et je le vis très très mal, c’est pour moi le plus gros obstacle de ma vie, même devant la famille, je suis timide, je suis chez eux pour 3 semaines et s’il n’y a pas ma belle soeur ou ma cousine avec moi, je ne vais pas les voir, je reste dans la chambre. C’est super handicapant que ce soit dans la vie privée ou la vie professionnelle, à cause de ça, je suis incapable de bosser en tant que simple vendeuse par exemple alors que ça ne me déplairait pas du tout, j’ai bossé en fast food et je pleurais quand on me mettait à la caisse, de m’être forcée, ça aurait du m’aider mais pas du tout, je suis traumatisée… Enfin, je pourrais parler des heures de cette foutue phobie qui fait que je n’ai aucune confiance en moi ou ptet le contraire, le manque de confiance fait que j’ai cette phobie…
    A 30 ans, c’est vraiment chiant 🙁
    Merci de cet article en tout cas, je vais peut-être même tenter les défis !

    • Ohlalala je compatis vraiment, ça doit être une vraie souffrance à vivre. J’ai moi-même au moins une vraie phobie donc je peux comprendre à quel point c’est insurmontable comme situation. C’est bien que tu aies des personnes qui puissent t’aider à te sentir à l’aise en société.
      Je ne sais pas si une phobie peut vraiment s’expliquer. Je te souhaite vraiment tout le courage du monde pour tenter de surmonter cela, plein de bises <3

  • Très intéressant et article parce que moi aussi, j’étais une très grande timide avant! J’avais très peur de parler au téléphone et quand e répondais aux questions du prof, je rougissais…
    Puis, une grande partie de ma timidité est partie d’un coup lorsque j’ai réussi à faire quelque chose que je ne pensais réussir à faire, un jour, ni même ma famille (et ça n’avait rien à voir avec le fait de parler). Je crois qu’avoir réussi quelque chose que je ne pensais pas réussir m’a donné plus grande confiance en moi et donc a fait partir ma timidité (qui est au fond qu’un problème de manque de confiance en soi, non?)
    J’ai donc réussi à être moi-même avec les gens et à me sentir à l’aise avec les garçons à partir de l’année de fac.

    J’ai aussi réussi à dépasser ma peur du téléphone grâce à ma mère qui n’arrêtait pas de me demander d’appeler à sa place pour les administrations car elle parlait mal français.
    Cela dit, je reste encore stressé lorsque je dois effectuer un appel professionnel.
    Et j’ai toujours peur de parler devant un public…

    • Han c’est super que ça soit parti d’un coup o.o C’est une chance que ça se passe comme ça. Moi j’ai quand même un peu souffert pendant tout mon parcours 🙂 C’est vrai que la confiance en soi ça aide beaucoup à s’en sortir, ça revient petit à petit !
      Je crois que personne ne pourra jamais guérir du stress des appels professionnels c’est vraiment trop… Stressant ^^
      Je suis sûre qu’on arrivera à parler toutes les deux en public un jour, j’ai confiance <3

  • Je suis une ex timide maladive aussi. Personne ne me crois maintenant quand je le dis aujourd’hui et pourtant…Finalement, ce qui m’en a sorti c’est de bosser dans la communication (parler aux autres c’est un peu la base) alors qu’avant je n’étais même pas capable de passer un coup de fil tant j’étais mal à l’aise. Désormais je parle avec n’importe qui n’importe comment. Bon, et le fait de passer plein de coloscopies devant des tas d’inconnus ça aide aussi (true story)

    • Ca aide tellement de faire de la com 😀 On devrait tous faire ça !
      J’imagine bien que la coloscopie en public ça doit un peu te décomplexer. Moi la fois où j’ai eu une dizaine de médecins pour regarder mon mollet plus gros que l’autre ça m’a fait tomber dans les pommes, ça m’a pas décomplexé ^^

  • Quel article! J’ai aussi eu (pas qu’au passé d’ailleurs) quelques problèmes avec la timidité. J’ai du mal à aller vers les autre. Je n’ai jamais vu quelqu’un qui rougis aussi vite que moi! Maintenant ça va un peu mieux, en classe je participe car je sais que je connais les réponses et don ça va. En fait, mon copain m’a beaucoup aidé aussi.
    Ca fait du bien de voir qu’on n’est pas les seules! On devrait devenir amies entre timides, se soutenir!
    En tout cas j’ai vraiment aimé ce que tu as écrit.
    Bisous

    • Merci c’est adorable <3 On pourrait faire un concours de rougissement toutes les deux, je suis sûre que ça serait une compétition de haut niveau ^^ Le pire c'est quand quelqu'un te dit que tu es entrain de rougir, ça va dix fois pire et dix fois plus vite. Je déteste ceux qui me font ça ! Moi aussi je participais en cours quand je savais la bonne réponse et que personne d'autre ne la savait (pour ne pas me faire damer le pion ^^).
      Bienvenue dans notre grand club <3

  • Tu sais, à ce que je vois tu n’es pas la seule ! Je suis très timide, je n’irais jamais faire le premier pas. Le téléphone, je l’ai en phobie (je me rappelle d’une fois où je devais passer un coup de fil à mon auto école pour prendre une heure de conduite, j’avais tellement peur que je disais n’importe quoi, même avec les notes (oui, j’avais écrit sur une feuille ce qu’il fallait que je dise ..) je n’y arrivais pas.) C’est la même chose avec les garçons d’ailleurs .. Là, maintenant ça va mieux, mais j’ai toujours cette appréhension, un certain manque de confiance en soi sans doute (et je ne vois pas du tout à quoi il est du ! Si un psy passe par là LOL)
    Merci pour ce témoignage en tout cas, je me reconnais totalement en toi, j’aurais pu moi aussi le faire cet article 🙂 <3

    • Merci Coralie, ça me touche beaucoup ton témoignage. Je comprends vraiment tout ce que tu me racontes, les coups de fil et l’appréhension qui malgré tous les progrès est toujours là. J’arrive juste à la repousser avant de me lancer mais oui, j’appréhende toujours avant de dire quelque chose en public. Merci d’être venue témoigner <3

  • Voilà un article très touchant et très intime, je salue ton courage, moi qui suis depuis toujours dans cette réserve, presque paralysante, qui m’empêche, encore aujourd’hui, de réagir de façon spontanée. D’où ce commentaire tardif ;-).
    J’ai choisi la profession de libraire à la suite de mes études. Questionner les gens sur leur genre littéraire, poser des questions, les découvrir et leur proposer un roman qui corresponde à leurs attentes, n’était pas un exercice facile, pourtant je me suis épanouie. Ce fut une grande satisfaction, mais pas une thérapie ! Sortie de cet univers feutré, la timidité n’était jamais bien loin. Alors aujourd’hui, bien des années après, je compose avec, l ‘accepte et me surprendrais presque à l’oublier parfois !
    Tu es une belle personne, sensible, courageuse et généreuse, je te souhaite tout le bonheur du monde ! Bisous

    • Merci Mallory <3 Je vois totalement ce que tu veux dire par avoir du mal à réagir spontanément. J'ai vraiment du mal à être spontanée moi aussi selon les circonstances, notamment dans celles qui sont stressantes.
      J'ai fait mon stage de 3e dans une librairie et je crois que cela a été la première fois de ma vie où je n'ai pas été timide parce que les livres étaient vraiment mon élément. Ce n'était qu'une petite expérience d'une semaine mais je me sentais comme un poisson dans l'eau, à parler de livres avec les gens. C'était comme une bulle en fait. En tous les cas, tu fais vraiment un superbe métier.
      Tes voeux me touchent à un point tu ne peux pas imaginer, je te souhaite vraiment la même chose, plein de bisous <3

  • Super article, j’attendais d’être sur mon PC pour le commenter ! Je me retrouve un peu dans ton histoire aussi ^^ Très solitaire et grande timide jusqu’à mes 14 ans, c’est le théatre d’improvisation qui a été mon premier cap. Jouer devant un public, même di ce n’était que 50 personnes, ça a été d’une grande aide ! Puis c’est mon stage à l’étranger pendant 6 mois où là, j’ai du me demmerder toute seule (je bossais dans un journal d’ailleurs ^^). ça m’a débloquée pour mes dernières années d’étude où les oraux et la prise de parole ne me faisait plus peur !
    Personnellement, ça fait 10 ans que je suis avec un extraverti qui ne fait que parler et aller vers les autres, donc parfois, je me cache un peu derrière pour me « reposer » un peu, car c’est fatigant tout ça, ça reste encore un « effort » pour moi !
    Sur la blogosphère, c’est différent, ma timidité n’existe plus.

    Super partage en tout cas et tu l’as très bien écrit !
    Bises

    • C’est génial que le théâtre aie pu t’ouvrir comme cela, c’est quelque chose que j’ai beaucoup aimé aussi. Même si au final ce n’est pas ça qui m’a guérie. J’avoue que les stages à l’étranger ça doit pas mal aider aussi. J’ai jamais eu l’occasion d’en faire mais ça doit être assez fabuleux comme expérience de ce point de vue.
      Mon copain est plus extraverti que moi mais je ne crois que ça change grand chose en moi.
      Merci pour tes compliments en tous les cas, bises bises bises <3

  • Il est très bien écrit dans ton article, je m’y retrouve un peu ! Avant le lycée j’étais timide, un peu comme toi. Je pense que je rougissais et tout. ce qui m’a aidé c’est petit à petit, j’ai été à l’internat où je n’avais plus d’intimité et ça à jouer sur ma timidité lol ! du coup j’ai été un peu moins. après j’ai choisi un stage où je devais faire des visites guidées, au début c’était facile pour 6 personnes, mais quand y’en a 30 à 45 c’est moins drôle. j’ai pris goût à aimer faire ça, une sorte de spectacle ou tout le monde t’écoute, et j’ai aimé! du coup aujourd’jhui je suis bcp plus sociable et bcp moins timide! enfin même plus timide du tout!

    • Merci Céline <3
      Je vois totalement ce que tu veux dire pour l'internat. Je n'y suis jamais allée mais j'y avais des copines notamment une ou deux qui étaient vraiment introverties, ça les a vraiment changé. Je pense que j'aurais eu vraiment du mal avec l'internat, j'aurais vraiment été malheureuse car j'ai besoin de mon intimité et j'aime aussi rester seule parfois. Ma soeur y est, ça a l'air d'aller. Elle est plus sociable que moi ^^
      Les visites guidées ça te met dans le bain aussi, ça doit être génial de pouvoir captiver autant de personnes. Bravo pour toutes ces victoires <3

  • Merci pour cet article, on se sent souvent seule dans cette situation!
    Je me suis totalement retrouvée dans tes mots et le coup des commentaires … mdr! c’est tout à fait ça! quand j’arrive à prendre le « courage » d’en poster un, je le réecris au moins 3-4 fois avant de le valider!
    Je ne sais pas si c’est le cas pour toi ou pour les autres aussi, mais une fois que je suis dans un cercle de confiance, je suis une vraie pipelette et quand j’explique qu’en fait je suis hyper timide, on ne me croit pas!
    En tout cas c’est cool que tu aies réussi à dompter ta timidité, j’espère arriver à faire de même, c’est pas gagné mais il faut tenir bon!

    • Merci pour ton témoignage, je suis vraiment contente que mon article aie pu te donner la sensation de ne pas être seule 🙂 Pour les commentaires, j’ai fait exactement pareil que toi à formuler et reformuler pour être sûre de ne pas être ridicule sur les blogs de mes blogueuses préférées ! C’est vrai que j’essaie de ne plus trop me prendre la tête avec tout cela maintenant mais bon, faut que je fasse attention quand même ^^
      En revanche moi, même dans mes cercles d’amis, de confiance, j’étais vraiment effacée avant. Je ne parlais pas beaucoup à part quand c’était vraiment nécessaire. Ca ne m’empêchait de m’y sentir bien mais c’est vrai que même face à eux, je n’arrivais pas à me lâcher.
      Bon courage avec ta timidité, j’espère que ça passera avec le temps <3

  • Bonjour Juliet,

    Merci pour votre témoignage. Que je commente trois ans après sa publication, parce que le sujet me passionne.

    Vous parlez des efforts que vous avez faits et que vous continuez à faire pour vous sortir de cette foutue timidité. Et des situations qui ne vous impressionnent plus aujourd’hui, de vos victoires.

    Vous illustrez bien que pour vaincre sa peur des autres, il faut l’affronter en face, autant que nécessaire. Facile à dire. Il en faut du courage pour le faire, et recommencer, mais ça en vaut la peine. En effet vous avez pu vous délivrer de plusieurs blocages.

    A coté de ce travail sur le terrain, indispensable, il est utile aussi de travailler sur ses croyances, sur les autres et peut-être aussi sur soi. Parce que ça donne aussi de très bons résultats, partout, tout le temps.

    Bonne journée

    • Merci beaucoup pour votre commentaire, cela me fait très plaisir de voir que cet article parle encore. D’ailleurs, en le relisant, je suis assez émue.
      Comme vous le dites, à côté du travail sur le terrain, ne pas hésiter à travailler sur ses croyances. On perd toujours du temps à s’auto-persuader que l’on est incapable de faire telle ou telle chose.

      Très bonne continuation 😀

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Tell me more !

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OKAY !" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer