Show Your Lifestyle : Ma vie en balades

Bonjour-bonjour,

Encore un nouveau thème et encore un où je me suis clairement demandée ce que j’allais bien pouvoir dire. Si le fenouil n’est pas complètement redondant (#Kaamelott pour les connaisseurs), je le suis toujours un peu. Les Show your lifestyle s’enchaînent, les thèmes défilent et ne se ressemblent pas. Et on peut parler de ce que l’on veut, merci encore à Bull’Elodie et Emotion Wizard. Aujourd’hui donc on parle balades.

Je ne sais pas si c’est récurrent chez tout le monde, mais quand j’étais petite, je détestais aller me promener. (Comme quoi j’avais déjà du mal à bouger mes fesses). Et pourtant, maintenant, quand j’y repense, c’était quand même de très beaux moments.

Les balades, c’était surtout quand on allait voir mon grand père (au moins une fois par mois) dans la Beauce (cet endroit d’Eure-et-Loir où vous avez deux types de paysages : les champs de blé et les bois et forêts. Et surtout c’est très plat !).

Après un bon repas le dimanche midi, on avait le choix entre faire le tour du village, avec un petit passage au cimetière pour saluer ma grand-mère (ça a l’air déprimant comme ça mais dans me souvenir ça ne l’est pas tant) ou faire un tour dans les bois. La première option c’était la plus longue et ennuyeuse je trouvais. On ne disait généralement pas grand chose et, bon, au bout d’un moment, quand on a fait le tour, on a fait le tour.

Par contre les forêts, même si j’étais pas motivée au départ, c’était beaucoup excitant.

Il y avait d’abord le trajet en voiture, où l’on est aux aguets, on décrypte le paysage, on voit le bois arriver mais aussi des espèces de manoirs et de grands murs qui englobent la forêt. C’était un peu La Belle au bois dormant dans ma tête.

Puis on arrivait à notre point de promenade. Et là l’aventure commençait vraiment. Dans la forêt, il faut regarder où l’on met les pieds, on évite d’écraser des plantes, de buter sur des branches. Mais c’est marrant quand ça craque sous nos pas.

On croise des installations étranges, des espèces de promontoires avec des rouleaux de sels. Mais qu’est-ce que c’est ? « C’est pour les cerfs », m’explique Papa. Okay donc je guette. En priant pour qu’il n’y aie pas de pièges à loups sous les feuilles. Et des fois aussi, on ramasse par terre des cartouches de fusils, laissées par les chasseurs. On les rejette rageusement.

Et… Oh ! Des crottes de lapins ! Qui mènent à un terrier. On se baisse, on plisse les yeux, mais rien ne vient et les adultes rigolent.

Au printemps, c’est le temps de jonquilles. On cherche les plus belles pour faire un joli bouquet. Mais au final, c’est toujours Maman qui gagne car celui qu’elle fait est toujours bien rond.

Ca illuminera un peu la maison de Pépère. On finit par repartir, toujours en silence. Et en mettant plein de boue dans la voiture la plupart du temps.

Je n’aurais jamais cru que ça me manquerait autant un jour.

Bref voici un petit moment de balade. Comme il y aurait pu en avoir d’autres, j’ai aussi de ces souvenirs dans les Pyrénées ! Et sinon ce thème m’a aussi fait pensé à un épisode de Glee consacré aux balades musicales 🙂 (Bam ! le changement d’univers !)

C’est une de mes prestations préférées de Finn dans la série (même si j’ai autant envie de lui donner des claques tellement l’est bête !).

Et vous les balades, ça vous inspire quoi ?

Sioux <3

Et n’oubliez pas le concours Le Secret du Poids sur ma page facebook.
Rendez-vous sur Hellocoton !
Article précédent
Article suivant

2 Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Tell me more !

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "OKAY !" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer